La création de ces établissements fait suite à un ensemble d'évènements et de faits décisifs, tels que la création de la Communauté Economique Européenne.

Antécédents

Il convient de commencer par expliquer les antécédents et de ce fait remonter au Traité de Rome de 1957.
Ce Traité recueille diverses mesures adoptées de nature économique et sociale, dont l'une est l'établissement d'une politique agricole commune, dénommée PAC visant aux objectifs sociaux et économiques suivants:

SOCIAUX

  • Garantir un niveau de vie équitable à la population agricole.
  • Assurer au consommateur des fournitures à bas prix.

ECONOMIQUES

  • Augmenter la production agricole.
  • La stabilisation des marchés.

Afin de parvenir à ces objectifs, un organisme est créé dépendant de la Communauté Européenne, le FEOGA, qui interviendra sur deux aspects:

  • FEOGA ORIENTATION, soutenant la modernisation et la rationalisation des exploitations.
  • FEOGA GARANTIE, finançant des interventions destinées à la régulation des marchés agricoles.

La situation vécue ces dernières années a mené à la création de deux types d'agriculture: l'une compétitive et l'autre marginale (à laquelle appartient l'agriculture de montagne).

En somme, l'agriculture compétitive était chargée d'alimenter l'Europe tandis que les zones comprises dans la dénommée agriculture marginale courraient le risque de se dépeupler. Il existait une volonté de maintenir les petites exploitations de ces zones défavorisées car, outre produire leurs aliments, ce sont les grandes garantes du paysage et de l'espace rural. En définitive, le maintien de ces petites exploitations aurait pour raison d'être, la préservation du patrimoine naturel constitué par l'environnement et le paysage.

En conséquence, l'Europe ne renonce pas à son modèle d'agriculture familiale mais la solution qu'elle offre passe par le soutien aux investissements à caractère non agricole, et c'est là précisément où l'agrotourisme joue un rôle déterminant.

Euskadi en grande majorité, est l'une des zones typiques d'agriculture de montagne.

Afin de mieux connaître la problématique dans laquelle se trouvaient ces zones et les différentes solutions pour y remédier, l'expérience d'autres régions offrant les mêmes caractéristiques a été mise à profit. Le Gouvernement Basque a étudié la situation de territoires tels que la Suisse, la Vallée d'Aoste, la Belgique, etc. Ainsi, l'expérience vécue de l'étude des zones similaires est la base de la décision d'opter sérieusement pour le phénomène de l'agrotourisme, afin de maintenir la population agraire et tout le monde qu'elle englobe.

Aides européennes à l'agrotourisme

Il existait une prédisposition des responsables communautaires à améliorer les conditions de vie de l'agriculteur, surtout dans les zones défavorisées citées, parmi lesquelles, nous l'avons déjà dit, se trouvaient celles d'agriculture de montagne.

Ainsi, la CEE envisageait des aides aux exploitations agraires pour investissements à caractère touristique. Dans cette perspective, en 1988 le Gouvernement basque publia un Décret synthétisant, entre autres, que le revenus agraires, touristiques et artisanaux se complèteraient afin de garantir la qualité de la vie du "caserío". Le Décret considérait un régime d'aides pour l'installation d'hébergements agrotouristiques et le montant des aides pouvait atteindre 40% du coût des travaux nécessaires à l'aménagement du logement à condition de ne pas excéder 30 000 €.

Il s'agissait là d'un produit nouveau constituant l'un des piliers sur lesquels reposaient les débouchés à un avenir incertain de l'agriculture de montagne, l'Administration faisait donc preuve d'un grand protectionnisme.

En 1988, est également créé au travers du Département de l'Agriculture du Gouverment Basque et des Diputaciones Forales d'Alava, Vizcaya et Guipúzcoa, un programme d'Etablissements agrotouristiques, permettant aux propriétaires de maisons rurales d'offrir des services d'hébergements aux particuliers. Durant la période 88-89, le phénomène apparaît dans notre pays et prend forme, une campagne de promotion est donc lancée, ayant deux objectifs:

  1. Faire connaître aux "baserritarras"(propriétaires de maisons rurales) cette modalité touristique.
  2. Mettre à disposition du public potentiel l'offre existante.

Promotion de l'agrotourisme en Euskadi

En 1989, il a été réalisé dans les trois territoires historiques, une mission d'information et de promotion en milieu rural de l'activité agrotouristique, en général , et du programme de subventions en particulier, tendant à éliminer deux problèmes de base:

  • La peur de l'inconnu, c'est à dire, l'influence négative que pourrait avoir l'affluence de personnes inconnues dans le mode de vie traditionnel de l'agriculteur et de sa famille.
  • La prise de conscience de l'agriculteur de la nature d'activité économique de l'agrotourisme, c'est à dire, un moyen d'obtenir des revenus car, à ce jour, l'hébergement d'hôtes chez lui n'était jamais payant.

Ainsi, le programme lancé par le Gouvernement Basque éveille l'intérêt de nombre de personnes qui créent les premiers gîtes ruraux capables de répondre à une demande encore faible essentiellement due à la méconnaissance de l'offre existante.

Le printemps 1990, voit l'inauguration du premier établissement agrotourisque de la Communauté Autonome du Pays Basque "Txopebenta" de Gautegiz-Arteaga (Vizcaya).

Au mois de juillet de la même année, il est créé dans le quartier de San Miguel à Garai (Vizcaya), un bureau destiné à coordonner l'offre de l'agrotourisme en Euskadi, dont les objectifs sont:

  1. Coordonner l'offre et la demande
  2. Mettre en œuvre des campagnes de promotion
  3. Collaborer avec les propriétaires dans la distribution de toute l'information et des actions dirigées de l'Administration.
  4. Formation.

Il s'agit d'un bureau situé dans un petit village en pleine zone rurale, chargé de coordonner, par conséquent, ce tourisme " de campagne" naissant et englobé à la fois dans le tourisme vert.

La structure organisationnelle se composait d'un directeur et d'un coordinateur de programme, d'une équipe de travail formée de trois personnes et d'une secrétaire.

L'organisme gestionnaire et comptable par lequel passait le financement de ce bureau d'Agrotourisme a été, jusqu'en 99 Meneko (Fédération de l'Agriculture de Montagne d'Euskadi), lequel, à son tour, était subventionné par le Département de l'Agriculture du Gouvernement Basque et les trois Diputaciones forales.

A l'inauguration de ce bureau de coordination à Garai, 11 établissements étaient déjà à plein rendement et montraient un grand succès d'occupation, malgré l'effort publicitaire sommaire, réalisé.

Durant 1991, de nombreuses actions publicitaires ont été effectuées par ce bureau de coordination dans tous types de moyens de communications basques et nationaux.

En octobre 1991, est créée l'association "NEKAZALTURISMOA-LANDATURISMOA" et en 1998, le premier établissement en régime de gîte rural, "Arboliz" à Ibarrangelua est inauguré.